Comment faire pour que mon enfant mange moins vite ?

Nombreux sont les nouveaux parents qui doivent composer avec ce qu’on appelle les « caprices alimentaires » de leur enfant. Mais il y a également des parents qui se retrouvent avec des enfants qui ont plutôt tendance à trop manger et/ou trop vite. Si certains se réjouissent de cet amour pour la nourriture, d’autres s’inquiètent par contre des risques pour la santé. Cette situation vous semble familière ? Vous avez un enfant qui mange rapidement  ? Quels sont les risques et comment faire pour que votre enfant mange moins vite ?

Manger trop vite : quels sont les risques pour un enfant ?

Le fait de manger trop vite est une mauvaise habitude qui peut avoir des effets sur la santé.

Manger trop vite ? Même si cela ne semble pas dramatique à première vue, les conséquences sont pourtant bel et bien réelles. En effet, selon les spécialistes, il y a de nombreux risques à manger trop vite, aussi bien pour les grands que pour les plus petits.

Déjà, il faut savoir qu’en mangeant, on avale de l’air. Par conséquent, plus un enfant mange vite, plus il avale de l’air. Cet afflux d’air dans le tube digestif sera à l’origine d’un certain nombre de désagréments. On peut citer par exemple les ballonnements, les gargouillis ou encore les crampes.

Par ailleurs, le fait de ne pas bien mastiquer les aliments, de les avaler à la hâte oblige l’organisme à fabriquer du suc gastrique en grande quantité. Il s’agit d’une substance acide qui, à la longue, va altérer les muqueuses et engendrer le reflux gastro-œsophagien.

Enfin, plus un enfant mange vite, plus il aura tendance à avaler de grandes quantités d’aliments. Ceci pour la simple raison que le signal de satiété ne pourra pas être vite déclenché. En effet, il faut environ 20 à 25 minutes pour commencer à ressentir la satiété. Autrement, il peut continuer à engloutir de grandes quantités d’aliments et avoir des rapports caloriques trop élevés.

Aider son enfant à manger moins vite

Tout d’abord, il est important de ne pas stresser quand on se retrouve dans ce genre de situation. En fait, projeter du stress, de la pression ou de l’inquiétude sur l’enfant pourrait même aggraver la situation. Par ailleurs, il est conseillé de ne jamais faire de mauvais commentaires en rapport avec le fait qu’il mange trop vite.

Contentez-vous plutôt de le guider assez tôt et de lui faire confiance ! Pour cela, sachez qu’il existe des stratégies pour aider votre enfant à réduire la cadence pendant les repas.

La division des responsabilités

D’abord et avant tout, il est important que les parents et les enfants soient bien conscients de leurs rôles respectifs à l’heure des repas. Trop souvent, ces rôles sont inversés ! Ce qui peut causer ou exacerber les problèmes d’alimentation, surtout lorsqu’il s’agit d’enfants qui mangent trop et/ou trop vite.

En réponse à ces différents problèmes d’alimentation, la diététicienne Ellyn Satter a popularisé une approche. Connue sous le nom de « la division des responsabilités », elle est prônée par de nombreuses institutions médicales. Et il s’agit d’une philosophie selon laquelle :

Grâce à cette division des responsabilités, les enfants se sentent bien avec leur alimentation. Ils sont curieux de découvrir de nouveaux aliments. Vos enfants auront tendance à vouloir manger les mêmes choses que leurs parents. Cela leur permet également de bien manger et d’apprécier les repas en famille. Par conséquent, ils apprendront à bien se comporter à table.

Rassurer son enfant

Votre rôle est de rassurer votre enfant et de l’aider à grandir en pleine forme. Ainsi, retenez que l’enfant qui a l’impression que l’aliment qu’il désire est limité ou restreint en voudra davantage. Autrement dit, chaque fois qu’il aura l’occasion d’en consommer, il risque de manger trop et/ou trop vite.

Veillez donc à proposer une variété d’aliments nutritifs à l’heure des repas, mais aussi des aliments qu’ils aiment.

Autres conseils

Pour finir :

  • vous devez apprendre à vos enfants à prendre leur temps pour bien manger
  • favorisez le fait de manger en famille pour les aider à prendre exemple sur vous
  • veillez à marquer quelques instants de pause entre l’entrée et le plat puis entre le plat et le dessert
  • faites en sorte de limiter l’utilisation des écrans à table. Par leur déconnexion entre le cerveau et l’estomac, ils favorisent une prise alimentaire un petit peu mécanique.
Observatoire Zéro Positif